>Trace de la performance "Le laboratoire des variables" réalisée au Cneai lors du festival Island #4.
"Jean-Baptiste Caron transpose son travail plastique dans le champ de la performance, rejoue certaines œuvres, leur redonne une deuxième vie, tout en mêlant des projets latents, qui activés ici, servent de répétition avant leur possible matérialisation.
On retrouve dans la performance les notions de transformation, de métamorphose des formes, récurrentes dans son travail, mais aussi l’emploi de la poussière qui fait ici office de marqueur du centre de gravité. En effet, cette poussière, ramenée à l’échelle du corps humain est produite au niveau du nombril (Pélicula ombiliculus) à l’endroit même où Léonard de Vinci a placé le centre de gravité dans « l’homme de Vitruve ». Cette proposition revêt un caractère expérimental, gravite autour de formes primaires, liées aux différents états de la matière, questionne certains fondamentaux, afin de circonscrire ce dialogue perpétuel que l’artiste entretient avec la gravité. Il s’agit donc d’expérimenter à travers différentes actions ce rapport complexe qui le relie à la verticale, cette constante haut / bas qui jalonne son travail et qui passe par l’expérimentation des différents pôles à la recherche d’un point précaire d’équilibre. La performance se situe dans un intervalle entre le réel et sa déformation générant un glissement vers le domaine des possibles."